top of page

MicronAir, le filtre d’habi


Tacle Corteco

Le bon fonctionnement d’une climatisation ne dépend pas uniquement du fluide frigorigène et, plus précisément, de sa quantité et de son degré de contamination. Un rôle important est aussi attribué au filtre d’habitacle. Un filtre d’habitacle qui fonctionne correctement, ce n’est pas un produit banal, mais bien de la haute technologie. C’est du moins ce que nous avons conclu au terme de notre visite à Freudenberg, le plus grand fabricant de filtres au monde. Ces filtres d’habitacle, qui portent le label micronAir, sont distribués sur le marché des pièces de rechange sous la marque Corteco.

Des odeurs nauséabondes, des vitres qui continuent de s’embuer, une mauvaise ventilation, un conducteur et des passagers qui éternuent et ont les yeux qui piquent : ce sont là quelques-uns des principaux symptômes qui indiquent une mauvaise filtration de l’air dans l’habitacle d’une voiture.


Dès les années ‘80 La prise de conscience de l’importance du filtre intérieur a connu un véritable essor dans les années 1980, ce qui s’explique en partie par l’augmentation de la pollution de l’air à l’époque. Des recherches ont en outre confirmé que, dans un véhicule dont le système de filtration ne fonctionne pas ou mal, la pollution peut être de 4 à 6 fois plus élevée que dans l’air ambiant. En outre, on se rend de plus en plus compte que plus de 30 % de la population mondiale souffre d’allergies et d’asthme. L’importance d’un filtre d’habitacle performant a été soulignée par la popularité croissante du système de climatisation. Alors que la climatisation était encore un produit de luxe au début des années 1980, elle est aujourd’hui courante, même dans les véhicules les plus compacts et les moins chers. Pour qu’un système de climatisation et de ventilation fonctionne correctement, le filtre d’habitacle doit fonctionner correctement. Un filtre qui fonctionne mal empêche le climatiseur d’aspirer et de faire circuler l’air.



MicronAir Freudenberg, qui fabrique des filtres depuis plus de septante ans, a opté dès le début pour des éléments de qualité. En effet, les filtres qui utilisent des éléments de qualité inférieure ne sont pas vraiment efficaces et présentent une plus grande résistance à l’air. En outre, les matériaux de qualité inférieure absorbent trop facilement l’humidité, qui est difficile à sécher et peut donner lieu à la formation de moisissures et à la prolifération de bactéries. Il en résulte de mauvaises odeurs dans l’habitacle, mais aussi, et surtout, des problèmes de santé pour le conducteur et les passagers. En outre, ils ne résistent pas à la déformation, ce qui compromet la filtration, notamment en raison de ce que l’on appelle le “by flow” (l’air passant à côté de l’élément filtrant plutôt qu’à travers lui). En 1989, Freudenberg lançait la première génération de filtres micronAir, soit des filtres à particules. L’élément filtrant n’est donc pas constitué de papier ou de tout autre matériau contenant des substances organiques, mais de fibres synthétiques liées entre elles à l’aide d’une technique spéciale. Ces filtres sont particulièrement efficaces, notamment parce qu’ils présentent une structure stratifiée très fine. Ils ne se contentent pas d’éliminer la poussière et le pollen, mais également les particules fines. Ils assurent également le bon fonctionnement du système de climatisation et de ventilation. L’avantage pratique est que les vitres se désembuent plus rapidement.


MicroAir :trois générations On distingue trois générations dans la gamme des filtres d’habitacle micronAir : tout d’abord, le filtre à particules micronAir ordinaire, qui a été produit pour la première fois par Freudenberg en 1989. Ce filtre à particules retient les poussières fines, les gaz d’échappement, la suie et les particules respirables. Le filtre à particules purifie l’air, protège le système de climatisation et de ventilation et permet un désembuage rapide des vitres. En deuxième génération, les filtres micronAir au charbon actif sont produits par Freudenberg depuis 1996 et représentent aujourd’hui 60 % des filtres produits. Parallèlement à l’action du filtre à particules ordinaire, ces filtres protègent contre les gaz d’échappement, les odeurs, l’ozone, le benzène et d’autres gaz dangereux. Les filtres à charbon actif ont en fait une double fonction : minimiser les risques pour la santé et maximiser le confort de conduite. Ces filtres à charbon actif sont également appelés ‘filtres combi’. La troisième génération, la plus récente, est le filtre micronAir blue, que Freudenberg produit depuis 2016 et qui lui a permis de remporter le “Filtrex innovation Award”. Composé de quatre couches, ce filtre élimine les allergènes jusqu’à 2 microns et protège contre les organismes les plus petits, tels que les spores fongiques. Ce filtre retient presque 100 % des particules fines. Le filtre micronAir blue - nommé ainsi en raison de sa couleur - neutralise les allergènes grâce à une imprégnation sans ions des nanoparticules d’argent de la couche fonctionnelle avec des extraits de fruits.


La production Les filtres d’habitacle micronAir que Corteco propose dans sa gamme n’utilisent pas de papier ni d’élément filtrant composé de matière organique. Le matériau de base est constitué de fibres synthétiques fines qui ne sont ni tissées, ni tressées (non woven). Les fibres sont fournies par Freudenberg. La première étape de la production consiste à défilocher les fibres. Cette opération est réalisée sur une ligne de production spéciale où le matériau de base est peigné à l’aide d’un système à rouleaux. Au cours de l’étape suivante, les fibres sont placées dans une seule direction. Tout cela se fait en mode mécanique et automatique. Plusieurs couches de fibres sont ensuite réunies. Ces couches sont d’abord assemblées par perforation au moyen d’aiguilles. Après ce premier collage, ces couches sont soumises à un traitement thermique, c’est-à-dire qu’elles sont chauffées, ce qui leur permet d’adhérer encore mieux les unes aux autres. On obtient ainsi une feuille de filtre - également appelée médium - qui est ensuite pliée en accordéon (en zigzag). Lors de la dernière étape, le profil est découpé et bordé le long des deux bords dentelés. On parle ici de la première génération de filtres. En ce qui concerne les filtres micronAir au charbon actif (micronAir de deuxième génération), plusieurs étapes de production viennent s’ajouter à ce qui précède. La première est l’application des granulés de carbone sur la feuille de filtre, complétée par la fusion de plusieurs couches pour créer une structure stratifiée.


Tests et développement

Avant de lancer la production, il y a bien sûr le développement lui-même. La première étape est celle de la composition des fibres synthétiques. Plusieurs pièces test sont fabriquées et l’élément filtrant est ensuite testé et mesuré. Il s’agit de voir dans quelle mesure l’élément filtrant parvient à bloquer la poussière et les autres impuretés. On mesure également la capacité d’écoulement – le ‘flow’ - de l’élément filtrant. Après cette recherche assez fondamentale, on réalise plusieurs prototypes de filtre et ce pour chaque type appelé à être produit de série. Les tests finaux sont effectués dans le boîtier du filtre. Il est essentiel de veiller à ce qu’il n’y ait pas de “fuite” entre l’élément filtrant et le boîtier. À ce stade du développement, les souhaits et les prescriptions voulus et imposés par le constructeur automobile sont bien entendu pris en compte. Il n’existe pas de véritables normes légales en matière de filtrage. C’est en fin de compte le constructeur automobile qui décide des performances du filtre. Le développement et la production des filtres OE sont identiques à ceux du label Corteco. La gamme Corteco comprend non seulement des filtres d’habitacle pour les voitures particulières, mais aussi pour les camions, les autobus, le matériel roulant lourd et les engins agricoles.



Remplacé à temps Un filtre d’habitacle doit être remplacé régulièrement. La seule question qui se pose est de savoir quand il faut le faire. Corteco recommande de le remplacer tous les 12 000 kilomètres ou tous les deux ans, mais les constructeurs automobiles recommandent de le faire coïncider avec l’entretien de la voiture. Le moment optimal de remplacement se situe toutefois à la transition entre l’hiver et le printemps et à la transition entre l’automne et l’hiver, en fait à peu près au même moment où vous passez des pneus d’hiver aux pneus d’été et vice-versa. Lorsqu’un filtre a fait son temps, cela ne se voit généralement pas d’emblée. Bien entendu, certains symptômes indiquent qu’un filtre d’habitacle est saturé. Notamment une climatisation qui fonctionne mal, des vitres difficiles à désembuer, une odeur désagréable ou encore un client qui se plaint de maux divers - des éternuements, de la toux, des maux de tête et des yeux qui larmoient. Mais en réalité, ces symptômes indiquent que le filtre a dépassé depuis longtemps sa ‘date de péremption’. Un filtre saturé peut également entraîner une surcharge du système de climatisation, car le flux d’air est freiné.



Les tendances à venir La filtration d’habitacle est en constante évolution. Il y a encore quelques années, la première génération de micronAir était la plus demandée. A présent, c’est le filtre micronAir à base de charbon actif - deuxième génération - qui est le plus couramment produit. Une nouvelle tendance consiste à dédoubler le système de climatisation et à utiliser plusieurs filtres. Avec les véhicules électriques, il y a plus d’espace disponible pour installer des filtres plus grands ou un pré-filtre. Freudenberg étudie également la possibilité d’installer certains diffuseurs d’odeurs et si les particules de l’ordre du nanomètre peuvent être filtrées.



Freudenberg fête ses 175 ans

La différence entre Freudenberg et Corteco n’est pas évidente pour tout le monde. Freudenberg est le fabricant et Corteco est la marque avec laquelle Freudenberg opère sur le marché des pièces de rechange dans 17 pays. Au total, Corteco dispose d’un portefeuille de plus de 26 000 articles, dont une gamme étendue de filtres micronAir. Les filtres de la gamme Corteco ont la même qualité OE que ceux fournis directement aux constructeurs automobiles pour le montage initial ou l’entretien chez les concessionnaires. Corteco propose parallèlement d’autres produits de qualité OE dans sa gamme, qui sont également fabriqués par Freudenberg. Notamment toutes sortes de joints, des bagues d’étanchéité aux joints de culasse. Un troisième groupe de produits est regroupé sous l’appellation Vibracoustic. Un exemple typique : tous les composants qui contribuent à amortir les vibrations et le bruit, tels que les “silent blocs” qui soutiennent le moteur et la transmission. Mais ce groupe de pièces comprend également les ressorts pneumatiques, les poulies, les tendeurs et les pièces de direction et de suspension. Freudenberg est une entreprise de tradition, c’est le moins que l’on puisse dire. Les origines de l’entreprise remontent à 1849. Freudenberg célèbre cette année son 175ème anniversaire. Au départ, l’entreprise, fondée par Carl Johann Freudenberg, était une tannerie. A ses débuts, l’entreprise employait 50 personnes. Aujourd’hui, Freudenberg a un caractère international, avec plus de 43 unités de production de filtres dans le monde et des activités commerciales dans 60 pays. Au total, le groupe compte aujourd’hui plus de 51 000 salariés. Freudenberg Filtration Technologies dispose de trois centres de recherche dans le monde. Son fondateur, Carl Johann Freudenberg, avait trois principes : la qualité, l’internationalisation et l’innovation. On peut dire que c’est grâce à ces principes que l’entreprise a survécu et qu’elle arbore la stature qu’elle a aujourd’hui. En 1929, les activités ont pour la première fois été étendues à la fabrication de joints d’étanchéité. En 1932, une autre étape importante a été celle de la mise au point du joint à huile breveté Simmering. Freudenberg est également à l’origine du développement de matériaux non tissés (non woven) d’abord utilisés dans l’industrie du textile et de l’habillement. Cette même technologie a trouvé une application dans les produits de nettoyage et, par la suite, dans les éléments filtrants, non seulement pour le secteur automobile, mais aussi pour les applications industrielles, les biens de consommation et les bâtiments. En ce qui concerne le secteur automobile, le lancement du premier micronAir en 1989 a été une étape importante. Outre dans le secteur automobile, Freudenberg est présent dans huit autres secteurs industriels, dont le secteur médical.

Kommentare


bottom of page